Histoire de l’informatique

 

  • 1er siècle avant J.-C.
    Datée d’avant 87 av. J.-C, la machine d’Anticythère est une calculatrice mécanique antique permettant de calculer des positions astronomiques. C’est le plus vieux mécanisme à engrenages connu.
  • 1623
    Wilhelm Schickard (1592-1635) invente pour Kepler une « horloge calculante » destinée à calculer les éphémérides.
  • 1642-1644
    Blaise Pascal (1623-1662) invente une machine à calculer (« la Pascaline ») capable d’additionner et de soustraire des nombres de huit chiffres.
  • 1673
    Gottfried Wilhelm von Leibniz s’inspire de la Pascaline et invente une machine capable de multiplier et diviser sans utiliser les additions successives. Elle ne sera construite qu’en 1694, faute de trouver un artisan assez habile.
  • 1801

Joseph Marie Jacquard (1752-1834) invente des cartes pour commander le tissage de motifs sur les métiers à tisser. On peut considérer cette invention comme le début de la programmation.

  • 1823

Charles Babbage (1791-1871) commence à construire sa machine à différences, inspiré par le métier à tisser de Jacquard.

Babbage caresse l’idée de cette machine depuis 1812. Il s’adjoint l’aide d’une jeune femme, Ada Lovelace (1815-1852), brillante mathématicienne qui l’aide à concevoir les « diagrammes » pour faire fonctionner la machine. Il semblerait que c’est Lady Ada qui conçoit le premier langage informatique pour la machine à différences de Babbage (elle donnera d’ailleurs son nom au langage de programmation Ada).

Dans une correspondance avec Sir Humphry Davy en 1822, Babbage y discute de certaines applications d’une telle machine, notamment pour le calcul et l’impression des tables mathématiques, et y discute aussi des principes d’une machine à calculer. En 1823 débute la construction de cette machine qui ne sera jamais complétée. En 1991, on a pu reconstruire à partir de ses plans une partie de cette machine, qui fonctionna parfaitement.

  • 1854

George Boole (1815-1864) publie un article sur la logique binaire. Les travaux de Boole, s’ils sont théoriques, n’en trouveront pas moins des applications primordiales dans les systèmes informatiques.
 

  • 1890

Herman Hollerith (1860-1929) utilise une machine à cartes perforées pour le dépouillement du recensement américain.

  • 1936

Alan Mathison Turing (1912-1954) publie On Computable Numbers with an Application to the Entscheidungsproblem, ouvrage qui définit les limites théoriques de l’ordinateur. Il présente le modèle des machines de Turing et construit (mathématiquement) la première machine universelle. Il prouve également l’absence de méthodes algorithmiques (indécidabilité algorithmique) pour résoudre certains problèmes comme le problème de l’arrêt ou le problème de la décision.

Alan Turing se suicidera en 1954, en mangeant une pomme imbibée de cyanure. Une légende souvent rapportée dit que cet épisode est à l’origine du logo d’Apple.

  • 1937

Le premier ordinateur, nommé ABC pour Atanasoff-Berry Computer est conçu par John Vincent Atanasoff (1903-1995) avec son étudiant Clifford Berry (1918-1963). Il a été testé avec succès en 1942.

Les idées d’Atanasoff (utilisation du binaire, utilisation d’une unité arithmétique et logique pour effectuer les calculs de base) furent reprises dans l’ENIAC, souvent considéré ainsi à tort comme le premier ordinateur. En effet, Eckert et Mauchly, concepteurs de l’ENIAC, brevètent leur invention comme le premier ordinateur (« first digital computer »), mais un procès dans les années 1970, juge qu’ils n’ont fait que reprendre les idées de l’ordinateur ABC, et consacre ainsi Atanasoff comme l’inventeur du premier ordinateur électronique.

  • 1940

Pour décrypter les messages de l’armée Allemande, les Anglais mettent au point sur le site de

Bletchley Park les calculateurs Robinson et Colossus sous la direction du mathématicien Alan

Turing. Ce sont les premières machines qui intègrent les concepts d’arithmétique binaire, d’horloge
interne, de mémoire tampon, de lecteurs de bande, d’opérateurs booléens, de sous-programmes et

d’imprimantes. Tout ceci sera classé « Secret défense » jusqu’en 1975. (voir le film « Imitation game » 2015)

  • 1941

Konrad Zuse (1910-1995) fait fonctionner le premier ordinateur du monde, le Z3 (ou Zuse 3).

Encore largement méconnu, il est l’un des pères de l’informatique en ayant développé le premier

calculateur électromécanique Z1 en 1938. Le Z3 fut détruit en 1944 par les bombardements alliés et

servait à produire des calculs pour une usine aéronautique allemande.

Il concevra aussi et réalisera entre 1942 et 1946 le premier langage de haut niveau nommé

Plankalkül. Ce langage est extrêmement innovant, mais en dehors du courant principal du

développement de l’informatique. Il demeure donc très largement inconnu.

  • 1943

Création du ASCC Mark I (Automatic Sequence-Controlled Calculator Mark I) à Harvard par

Howard Aiken (1920-1973) et son équipe, avec le soutien d’IBM. C’est un énorme calculateur

électromécanique (3000 relais, 800 km de câbles) qui permet de faire 3 opérations sur 23 chiffres par

seconde. Cette machine est très proche dans son principe de fonctionnement des plans de la machine

analytique de Babbage. Le programme est lu depuis une bande de papier ; les données à traiter

peuvent être lues depuis une autre bande de papier ou un lecteur de cartes.

  • 1943

L’ENIAC (Electronic Numerical Integrator And Computer) est créé par John W. Mauchly (1907-

1980) et John Presper Eckert (1919-1995). Il sera opérationnel en 1946. Son poids est de 30 tonnes

pour des dimensions de 2,4 x 0,9 x 30,5 mètres occupant une surface de 67 mètres carrés. Il fut

utilisé pour des calculs ayant servi à mettre au point la bombe H. Son principal inconvénient était sa

programmation : l’ENIAC était en effet uniquement programmable manuellement avec des

commutateurs et des câbles à enficher.

  • 1944

John Von Neumann (né Neumann János, 1903-1957) a donné son nom à l’architecture de von

Neumann utilisée dans la quasi- totalité des ordinateurs modernes. Cela est dû au fait qu’il est, en

1944, le rapporteur des travaux pionniers en la matière (First Draft of a Report on the EDVAC1). Le

modèle de calculateur à programme auquel son nom reste attaché et qu’il attribuait lui-même à Alan

Turing, possède une unique mémoire qui sert à conserver les logiciels et les données. Ce modèle,

extrêmement innovant pour l’époque, est à la base de la conception de nombre d’ordinateurs.

L’architecture de von Neumann décompose l’ordinateur en 4 parties distinctes :

  1. l’unité arithmétique et logique (UAL) ou unité de traitement, qui effectue les opérations de base ;
  2. l’unité de contrôle, qui est chargée du séquençage des opérations ;
  3. la mémoire, qui contient à la fois les données et le programme qui indique à l’unité de contrôle quels calculs faire sur ces données. La mémoire se divise en mémoire vive (programmes et données en cours de fonctionnement) et mémoire de masse (programmes et données de base de la machine) ;
  4. les dispositifs d’entrée-sortie, qui permettent de communiquer avec le monde extérieur.
  • 1945

Un papillon de nuit coincé dans les circuits bloque le fonctionnement du calculateur Mark II. La

mathématicienne Grace Murray Hopper décide alors que tout ce qui arrête le bon fonctionnement

d’un programme s’appellera « bug » (bestiole en anglais).

Il faut noter que le terme « bug » était déjà utilisé auparavant : Thomas Edison par exemple avait

employé ce terme dans un courrier à propos d’une de ses inventions.

  • 1947
    Invention du transistor par les américains John Bardeen, William Shockley et Walter Brattain.
  • 1951

Grace Murray Hopper (1906-1992) conçoit le premier compilateur, nommé A-0 System. À

partir de 1957, elle travaille pour IBM, où elle défend l’idée qu’un programme devrait pouvoir être

écrit dans un langage proche de l’anglais plutôt que d’être calqué sur le langage machine, comme

l’assembleur. De cette idée naîtra le langage COBOL en 1959.

  • 1954

Création du Fortran, premier langage de programmation à être implémenté sur un ordinateur.

  • 1962

Philippe Dreyfus invente le mot « informatique », mot-valise né de la contraction des mots

« information » et « automatique ».

  • 1963

Création de la souris par Douglas Engelbart du Stanford Research Institute.

  • Fin 1969

Début du réseau Arpanet, renommé plus tard Internet. Il compte 4 nœuds.

  • 1973

Commercialisation du Micral, le premier micro-ordinateur. Il a été développé de 1972 à 1973 par

R2E, jeune société Française dirigée par André Truong (1936-2005), mais c’est François Gernelle

(1944-) qui en est l’inventeur. Cet ordinateur ne possédait ni clavier ni écran et était commandé par des interrupteurs, comme l’Altaïr, deux ans plus tard.

  • 1975

L’Altair 8800 du constructeur américain MITS est un micro-ordinateur basé sur le

microprocesseur Intel 8080A vendu en kit électronique à quelques milliers d’exemplaires pour les

particuliers en 1975. Il est considéré par les Américains comme le premier micro-ordinateur.

  • 1976

Apparition du premier supercalculateur : le Cray I.

Chess 4.5 remporte la Classe B du tournoi Paul Masson de Californie du Nord. Sa performance

Elo est alors de 1950. C’est la première fois qu’un ordinateur remporte un tournoi « humain ».

  • 1985

Apparition du CD-ROM.

  • 1989

Tim Berners-Lee invente le World Wide Web (WWW) pour que les chercheurs puissent partager

les informations au sein du CERN.

  • 1997

Deep Blue bat Gary Kasparov sur le score de 3,5-2,5. Deep Blue est un superordinateur

spécialisé dans le jeu d’échecs, développé par IBM. C’est la première fois qu’un ordinateur bat un

champion du monde d’échecs.

  • 1998

La société Google, Inc. est fondée le 27 septembre 1998 dans la Silicon Valley, en Californie, par

Larry Page et Sergey Brin, créateurs du moteur de recherche Google.

  • 2001

Wikipedia est une encyclopédie numérique ouverte, libre, multilingue, consultable gratuitement

sur internet et en évolution permanente grâce à de très nombreux contributeurs bénévoles. Son

succès est considérable et sa croissance exponentielle : créée en janvier 2001 par Jimmy Wales, elle

est devenue un des 10 sites les plus consultés au monde.

 

 

  • 2004

Mark Zuckerberg fonde « The Facebook », initialement à l’adresse thefacebook.com, le 4 février

  1. L’inscription a d’abord été limitée aux étudiants de l’université Harvard.
  • 2006
    Twitter est ouvert au public le 13 juillet 2006.
  • 2015
    En octobre 2015, il devient le premier programme à battre unjoueur professionnel (le français Fan Hui) sur un goban de taille normale (19×19) sans handicap. Il s’agit d’une étape symboliquement forte puisque le programme joueur de go est alors un défi complexe de l’intelligence artificielle1. Quelques mois plus tard, en mars 2016, il bat Lee Sedol, un des meilleurs joueurs mondiaux, devenant le premier programme battant sans handicap un joueur classé au niveau maximal (9e dan professionnel). AlphaGo obtient alors la 2e place au classement de go mondial, en passant devant Lee Sedol.